Journée du 8 juin 2012

Monsieur DUVAL vient nous parler de son engagement dans la résistance pendant la guerre. Il est alors chargé de surveiller (au plus près) les côtes du Calvados. Un de ses camarades est capturé par les allemands qui se chargent de le faire parler. Bernard DUVAL est arrêté et déporté. Il y reste jusqu'à la libération du camp par les soviétiques. Une fois rentré en France il ne peut raconter l'enfer qu'il a vécu là-bas car plus personne ne veut entendre parler de la guerre, tout le monde veut oublier. Aujourd'hui, c'est auprès des élèves qu'il trouve finalement l'écoute dont il a manqué à son retour d'Allemagne.

Les élèves de CE2 avaient l'autorisation de ne pas assister à ce témoignage. Seuls deux d'entre eux ont fait ce choix, les autres ont été attentifs à son histoire et sont restés silencieux durant les deux heures.

L'après-midi, nous partons direction les plages du débarquement.

Premier arrêt à Longues sur Mer et visite d'une batterie allemande.

Une batterie se compose de casemates et d'un poste de direction de tir.

 

Deuxième arrêt au cimetière américain de Colleville-sur-mer où sont enterrés 9 387 soldats morts pendant la bataille de Normandie.

Troisième arrêt à la pointe du Hoc où 225 rangers ont débarqué, escaladant les falaises.

Dernier arrêt au cimetière allemand. On s'arrête devant la stèle d'un soldat, boulanger, marié et père de 2 enfants au début de la guerre. Il devient papa de son troisième enfant pendant la guerre mais ne verra jamais la petite fille puisqu'il meurt pendant la bataille de Normandie.

 

On rentre au centre et on se prépare pour la dernière soirée au Tamaris.

C'est le soir de la boum, je coiffe les filles (je ne compte plus le nombre de tresses que j'ai faîtes durant le séjour...)

Les enfants dansent et s'amusent jusqu'à 21h45 puis partent se coucher sans faire d'histoires.